Écarts en CPM

Partagez cet article
Je vous partage le nouveau billet de Seth Godin que je suis sur Twitter : The CPM Gap

En résumé, le CPM  sur le web varie de 5$ à 20$ (beaucoup plus que cela en réalité, mais…).  Le CPM en magazines varie entre 15$ et 60$. Il s’agit ici de payer pour une publicité que nous espérons (en tant qu’annonceur) causera une interruption dans la consultation de contenu de l’usager pour qu’il /elle y porte attention. Bref, on dérange l’usager.

En comparaison (pommes-oranges), regardons une conférence. Y assister si ce n’est pas dans votre ville peut monter facilement à 1,000$, donc un CPM de 1,000,000$. Hallucinant non? Bien entendu ici, on traite les usagers comme de la royauté (cadeaux, contenu pertinent, divertissement, réseautage, expérience unique, documents, suivi par la suite…)

Donc, les annonceurs, par l’entremise de médias, traites les usagers comme des cibles, des victimes, des gens qu’on se permet de déranger. Ceci fait en sorte que le CPM pub est en baisse et continuera de baiser car il n’offre pas vraiment une expérience valorisante pour l’usager.

Le jours ou nous – les médias, offrirons une expérience valorisante, qu’on traitera nos visiteurs comme de la royauté, nous pourrons alors aisément hausser nos CPM.

Je trouve ce point de vu rafraichissant, un très bon recul pour faire un point valide. Nous poussons sur des formats, des tactiques et lorsque celles-ci dérange trop, nous établissons des règles pour ne pas trop fatiguer les usagers, mais on se permet de continuer de façon contrôlé…  Lorsque les formats ne font plus effet, ou ne valent plus assez, on en invente de plus gros (voyez mon billet précédent) pour aller chercher un plus gros CPM, et la roue se remet à tourner…

One Response

  1. CM Punisher
    CM Punisher at | |

    Tout à fait d’accord, bel article !

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.