La fraude publicitaire et les pourriels

This entry is part 12 of 14 in the series Fraude publicitaire
Partagez cet article

Pourquoi s’attaquer à la fraude publicitaire numérique en suivant l’argent? Pourquoi ne pas développer une technologie qui pourrait identifier la fraude et ne pas la compter ou encore l’éviter tout simplement?

Analogie avec le SPAM

Un problème similaire à cette fraude publicitaire d’affichage est le pourriel que l’on reçoit dans notre boîte courriel (SPAM). Bien malgré la récente loi entrée en vigueur au Canada que les entreprises Nord-Américaines respecteront, il y a toujours un réel problème de pourriels que nous avons tenté d’adresser dans le passé (et encore aujourd’hui) par la technologie.

On a monté des pare-feu et algorithmes anti-pourriels. On fait des mises-à-jour régulièrement à ces algorithmes. À chaque mise-à-jour, on diminue de beaucoup le volume de pourriels.

Par contre, les fraudeurs se remettent à l’œuvre pour trouver les failles de la nouvelle mise-à-jour et rapidement le volume de pourriel ré-augmente. Il y a donc régulièrement des hausses et baisse dans le volume de pourriel.

Le problème technologique

Le plus important problème à employer la technologie pour contrer la fraude, est qu’on ne connait toujours pas tous les moyens par lesquels cette fraude est perpétrée. Nous en connaissons quelques-uns et sommes en mesure de les identifier et dans une certaine mesure les éviter.

Il y en a d’autres qu’on se doute car il y a un certain volume d’impressions publicitaire qui est suspect: pas clairement légitime, ni clairement frauduleux. On ne sait toujours pas comment identifier et contrer tous les mécanismes frauduleux affectant la publicitéen ligne.

Quand on considère l’analogie avec le SPAM, on peut rapidement croire que même si nous trouvions un outil capable d’identifier et éviter la fraude demain matin, cela ne durerait pas. Cela ne durerait pas car le crime organiséqui gère la fraude emploierait ses programmeurs pour identifier les failles dans les systèmes de préventions, ou encore àdévelopper des nouvelles façons de créer des impressions, comportements et données frauduleusement qui paraîtront comme légitimes. Tant nous érigerons des nouveaux « murs » pour bloquer la fraude, les fraudeurs trouveront des moyens de démolir ou contourner ces murs.

On y investira donc des sommes colossales dans une lutte sans fin.

Contrer la fraude intelligemment

Comment contrer la fraude sans se ruiner?

Premièrement, il faut identifiez une mesure de succès pour chaque campagne qui est clairement indicative d’un réel comportement humain ( L I N K ).

Deuxièmement, il faut pratiquer l’attribution marketing pour la chaîne communicationnelle complète, pas que pour le dernier clic ou impression. En attribuant la valeur de nos conversions àcertains véhicules marketing et publicitaires, ou une séquence de messages qui mènent àune conversion, on identifie ce qui a affecté le comportement humain menant ànotre mesure du succès. On évite de porter attention aux mesures qui peuvent trop facilement être frauduleusement fabriqués.

Troisièmement, en optimisant nos véhicules et tactiques publicitaires ainsi que nos séquences communicationnelles, on élimine les dépenses publicitaires qui contribuent àla fraude et qui ne génèrent aucun rendement sur notre investissement (les robots de dépenses pas d’argent).

Autre ressources

Ceci n’est pas mon premier billet sur le sujet. Si je viens enfin de vous interpeller sur le sujet, ou si vous êtes toujours un peu sceptiques, je vous encourage à consulter mes autres billets expliquant différentes facettes de ce phénomène néfaste pour l’industrie.

En français

En anglais

 

Series Navigation<< Données de ciblage frauduleuses?Injection publicitaire et traditionnel vs numérique >>

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.