Comment répartissions-nous notre temps média en 2014?

Partagez cet article

Comment répartissions-nous notre temps média en 2014? La dernière étude CMUST d’IAB Canada avec PHD a été publiée en décembre dernier et présenté à Montréal le 19 janvier 2015. Dans ce billet, je me concentrerai que sur les Canadiens francophones de 18 ans et plus.

Pour un résumé de cette étude, veuillez consulter mon billet de la semaine passé avec ma chronique de 12 minutes au Canal Argent sur ce sujet.

Comme à chaque année, le comportement des Canadiens et des francophones évolue en ce qui a trait au temps passé avec les médias. Avec chaque nouvelle technologie, nous leur découvrons des nouvelles utilisés et ajustons le temps que nous passons avec chaque.

Temps passétotal

En 2014, c’est 81 heures par semaine, ou 11,6 heures par jour que nous passons avec tous les médias. Tous les médias c’est la télévision, l’internet, la radio, les journaux quotidiens imprimés et les magazines imprimés. 11,6 heures par jour en moyenne par Canadien francophone de 18 ans et plus, c’est énorme vous vous direz surement. Mais c’est bel et bien le cas. Il faut comprendre qu’une bonne portion du temps est en simultané – télévision et web en même temps par exemple.

Amenons quelques précisions. La télévision, ce n’est pas l’appareil, mais bien le canal de diffusion. Donc il s’agit de la télévision par câble ou Fibe, en direct ainsi qu’en différé jusqu’à 5 jours. Tout le reste des contenus regardé sur un téléviseur comptent soit pour Internet (Netflix par exemple) ou pas du tout comme du temps média (un film en DVD par exemple). Cela inclurait par contre le temps passé avec les chaînes télé via un appareil numérique avec une application permettant l’écoute en temps réel – car c’est le même signal original et intégral.

Il en est de même pour la radio, que le AM et le FM comptent, incluant leur écoute via un appareil numérique. La radio satellite ou Stingray (Galaxy) n’est pas compté. Les web radios comptent pour Internet, tout comme la baladodiffusion (podcasting).

Les quotidiens et magazines sont comptés uniquement dans leur format imprimé. Le volet numérique est de l’internet.

Répartition par média

Donc, comment se réparti ces 81 heures de média par semaine?

Temps passé avec les médias au Canada Français 201431,9 heures par semaine est passé en moyenne avec la télévision, selon Numéris (BBM)
27,4 heures par semaine Internet via ordinateur, appareil mobile, console de jeu vidéo et télé intelligente (c’est ici que comptent Netflix et le Club à volonté de Vidéotron qu’on aurait pu imaginer compterait sous télévision), selon comScore MediaMetrix, MobileMetrix et MTM.
18 heures par semaine avec la radio, selon Numéris (BBM)
2,9 heures par semaine avec les quotidiens imprimés, selon NADbank
41 minutes par semaine avec les magazines, selon PMB

Ok, mais quelles sont les tendances?

C’est bien beau voir le portrait 2014, mais comment le temps a-t-il évolué dans les dernières années?

Internet rattrape la télévision au Canada français en temps total hebdomadaire. Les deux sont presque exæquo dans l’ensemble du pays.

La télévision est en hausse depuis 10 ans d’au moins 300 minutes par semaines. Oui, nous regardons plus de télévision aujourd’hui qu’en 2000. C’est assez invraisemblable, mais pourtant vrai. Bizarrement, l’internet est un grand contributeur à l’écoute télé. Pouvant échanger avec d’autres sur les émissions regardés, en temps réel, est une activité très positive pour plusieurs.

La radio elle est en baisse d’environ 300 minutes par semaines. Une analyse plus poussé révèle que c’est principalement à la radio musicale que cela est ressenti, pas tellement à la radio parlé.

Les journaux quotidiens imprimés est en hausse ce qui est aussi très étonnant lorsqu’on considère que la plupart des gens croit que le web tue l’imprimé.  Pourquoi? Les quotidiens gratuits tel Métro et 24 Heures y sont pour beaucoup car n’étant pas publiés en 2000, ils ont grandement contribué au temps total avec les imprimés.

Les magazines eux sont en chute (presque libre). Ayant perdu 50% du temps passé avec en 2000, qui était déjà beaucoup moins que les quotidiens, l’avenir n’est pas rose, mais rouge pour les magazines imprimés. Malgré cette tendance lourde, il se lance encore quelques magazines à chaque année.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.